Agnes-Buzyn

La FNI souhaite la bienvenue à la nouvelle ministre des Solidarités et de la Santé

Le professeur Agnès Buzyn, auparavant présidente de la HAS, vient d’être nommée à la tête du ministère des Solidarités et de la Santé du nouveau gouvernement Macron. La FNI tient à la féliciter et lui adresse ses propositions pour améliorer rapidement et efficacement le système de santé.

La Fédération nationale des infirmiers tient à féliciter le professeur Agnès Buzyn pour sa nomination au ministère des Solidarités et de la Santé. Elle lui souhaite la bienvenue et apprécie l’arrivée d’un professionnel de santé à la tête de ce ministère.
Dès cette annonce, la FNI lui a adressé une demande de rendez-vous pour évoquer en urgence le cadrage des négociations conventionnelles avec la profession infirmière dont l’ouverture est prévue le 12 juillet mais aussi pour lui remettre sa plate forme de propositions pour améliorer le système de santé 2017/2022 (téléchargement).

Dans un document publié en fin d’année, la FNI rassemble une série de propositions très concrètes pour réformer plus vite et plus efficacement les soins de proximité en mobilisant toutes les compétences infirmières.

Elle soutient notamment la création dans la loi un statut d’infirmier référent, l’instauration d’une consultation infirmière de première ligne et l’élargissement du droit de prescription pour faciliter l’accès aux soins sur tout le territoire.
Elle propose également, entre autres mesures, d’impliquer les infirmières libérales dans la permanence de soins ambulatoires et de créer une consultation infirmière d’urgence en ville pour réduire le recours aux urgences hospitalières. Pour soutenir le virage ambulatoire, elle recommande de faire des soins de ville libéraux la filière naturelle du retour à domicile après hospitalisation, de développer les soins palliatifs à domicile, ainsi que la chimiothérapie orale et de mieux accompagner le développement de la chirurgie ambulatoire en généralisant un dispositif simple et efficace tel qu’ISIPAD (Intervention soins infirmiers post ambulatoire à domicile). Pour améliorer la qualité des soins, il serait judicieux de confier aux infirmières libérales le suivi des patients atteints de pathologies chroniques et de mettre l’accent sur la prévention pour éviter la dégradation de leur état de santé.

Toutes ces mesures sont de nature à réaliser des économies substantielles et peuvent être mises en oeuvre très rapidement.
Il semble à la FNI que le sujet de la permanence des soins devient prioritaire. Aussi, à l’occasion de cette première prise de contact, la FNI a invité la ministre des solidarités à venir ouvrir son 64ème congrès national en décembre sur le thème : « Permanence des soins : état des lieux, état d’urgence ! »

Les 110 000 infirmière libérales visitent chaque jour 4 millions de foyers. Elles constituent de loin les premiers acteurs des soins de proximité. Elles assurent une continuité des soins 7 jours sur 7 et sont engagées sur le plan démographique pour faciliter l’accès de tous les Français aux soins de proximité sans dépassement d’honoraires, la nouvelle Ministre devrait y être sensible.

D’excellentes raisons pour exploiter les compétences infirmières du rôle propre dans toutes leurs dimensions pour pallier à la désertification médicale.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *