parcours

12 juillet : top départ des négociations conventionnelles

Entre le 12 juillet et le 21 novembre les syndicats représentatifs auront 6 séances pour négocier une nouvelle convention pour la profession. La FNI n’a pas attendu d’être au pied du mur pour mener une réflexion approfondie : découvrez ses priorités en avant première.

Au-delà de la régulation démographique qui doit évoluer, les priorités de la FNI porteront sur la mise en place du Bilan de soins infirmiers accompagné d’une réforme de la rémunération des AIS pour tenir compte de la réelle charge en soins de chaque patient et rompre avec la seule notion de temps passé.
La nomenclature doit aussi évoluer pour intégrer le soulagement de la douleur lors des retours à domicile notamment par les techniques d’analgésie péri nerveuse, l’administration et la surveillance de la chimiothérapie orale ou encore l’hémodialyse à domicile avec l’appui technique des prestataires de santé.

D’autres évolutions pourraient être envisagées en matière de vaccination notamment, à commencer par l’extension de la revaccination antigrippale à toute la population, une majoration des actes infirmiers dispensés aux enfants de moins de 10 ans, le retrait des sondes urinaires, la reconnaissance claire des troubles cognitifs nécessitant préparations, distribution, administration médicamenteuse par les IDEL.

Enfin la FNI tient à faire évoluer l’assurance maladie sur deux fondamentaux que sont l’intégration des IDEL dans la permanence des soins rémunérée et la création de deux consultations infirmière : l’une d’urgence en cas d’absence médicale le soir ou les week-ends, l’autre de première ligne auprès des patients fragiles, chroniques, poly-pathologiques.

Voici en d’autres termes, les 4 chantiers prioritaires de la FNI :

  1. Réduire le recours aux urgences : impliquer les IDEL dans la permanence des soins
    Promouvoir l’offre de soins libérale comme filière naturelle des patients en sortie d’hospitalisation : maillage territorial des cabinets infirmiers pour prendre les patients sans file d’attente et sans rupture dans le continuum des soins.
  2. Améliorer la coordination des soins : reconnaître à l’infirmière de famille un rôle de référente pour assurer la coordination clinique de proximité. Revendiquer une définition claire et simple du concept d’équipe de soins primaires intégrant la notion d’équipe constituée autour du patient selon ses choix.
  3. Valoriser l’efficience des infirmières libérales dans le maintien à domicile : désengorgement de files actives hospitalières, amélioration de la qualité de vie des patients sans reste à charge et à des coûts supportables pour la collectivité.

Pour autant, les négociations qui vont se tenir doivent se dérouler dans un cadre précis qui est fixé par la ministre des Solidarités et de la Santé. Comment se passent ces négociations, quelles sont les différentes étapes et passages obligés ? Découvrez le parcours en une page :

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *